in

“Jetée en pâture sur les réseaux sociaux”

En revoyant la vidéo du Conseil municipal, et notamment la séquence sur le fameux “Point #15” qui a provoqué le huis clos, nous pensions que le débat était vraiment clos et que le maire respectait les opinions de ses opposants sur un point de divergence international qui n’avait pas sa place dans une délibération municipale.

Que nenni !

Après avoir rangé son costume de Docteur Maire, Mister Bouyssou s’est lâché sur Twitter , et ses propos sont effarants :

Dans ces Tweets le maire d’Ivry renvoie l’élue à ses origines marocaines pour s’être opposée à une résolution du Conseil Municipal relative à l’aide pour des enfants du Sahara Occidental, en se demandant ouvertement si elle était “une représenatante du Royaume archaïque du Maroc”.

Il l’accuse aussi d’avoir “transmis” son intervention à des médias marocains qui l’ont publiée avant même la fin du Conseil Muncipal, oubliant au passage que le CM était en Live sur Facebook et que n’importe quel scribouillard pouvait transcrire n’importe quel passage de la vidéo en live sans attendre de le recevoir par Fax comme au bon vieux temps….

Le maire ne mentionne pas le nom du parti de l’opposition LREM, il cible seulement Rachida Kaaout dans ces Tweets.

Aurait-il utilisé le même argument “ethnique” si l’oppostion à ce sujet venait d’un “français de souche” du parti de Rachida Kaaout ??

Que penser de cet “argument” foncièrement ambigu qui renvoie son auteur à ses origines dans une ville censée être “métisse et solidaire” selon le slogan officiel ? C’est le maire qui le crie sur les toits de Twitter : “A Ivry – ville solidaire et métissée – il n’y a que des Ivryennes et des Ivryens !”

Oui ! mais quand on s’oppose à une résolution, on est déchu de sa qulité ivrye.ne. ! On est renvoyé à ses origines ancestrales !

Philippe Hardoin, élu LREM avec Rachida Kaaout, n’en revient pas :

Nous connaissions @pbouyssouivry maire d’Ivry se réjouissant des débats politiques au sein du Conseil, nous le découvrons comme un autoritaire qui ne supporte pas la contradiction et embarque la ville dans des causes suspectes et loin de la préoccupation des habitants d’Ivry

Philippe Hardoin

Philippe Bouyssou ne semble pas très bien mâitriser la puissance de feu des réseaux sociaux dans leur face la plus sombre. Le maire avait bien répondu lors de la séance et mis Rachida Kaaout face à ses “contradictions”, MAIS pourquoi prolonger le match sur Twitter en distillant des attaques contre elle et en excitant certains esprits belliqueux qui vont jusqu’à la menacer ? Est ce le rôle d’un Maire ? Des nervis qui menacent sur les réseaux sociaux en meute, c’est pas nouveau, il devrait le savoir pourtant. Surtout concernant des sujets internationaux sensibles. Pourquoi importer à Ivry des guéguerres algéro-marocaines ? N’avons-nous pas assez de soucis d’environnement, d’économie, de social, de cadre de vie etc.. à traiter en priorité ?

Contactée, Rachida Kaaout nous précise qu’elle n’avait fait qu’accomplir son devoir d’élue de l’opposition et n’a fait qu’interroger le maire sur la finalité d’un tel sujet dans un Conseil municipal censé s’occuper des préoccupations des habitants d’Ivry avant tout.

Choquée, elle ne comprend pas ce déferlement de menaces anonymes.

Dans un communiqué publié par le Collectif IVRY C’EST VOUS ! Élu.e.s d’opposition à la Mairie d’Ivry-sur-Seine, dont nous avons reçu copie, le groupe d’opposition déclare :

“Nous avons constaté avec surprise qu’à l’issue du Conseil le maire a décidé de porter le débat sur les réseaux sociaux en accusant une élue de notre groupe politique de servir les intérêts de la « monarchie archaïque du Maroc », jetant en pâture son nom ouvrant ainsi la voie à des insultes et des menaces physiques à son encontre, mais aussi à une exposition de sa personne relayée par une dépêche officielle de l’Algérie.Nous condamnons fermement ce comportement d’un élu de la République qui est capable de demander le soutien du Conseil pour que la discussion intervienne à huit clos, afin de garantir undébat démocratique serein au sein de l’instance de décision de la ville, et qui alimente lui-même les réseaux sociaux sur les échanges qui devaient précisément rester dans cette enceinte, désignant à la vindicte publique une élue qui a exprimé la position de notre groupe en toute démocratie. Nous considérons que les propos du maire d’Ivry relayés par le maire de Vitry sur les réseaux sociaux sont non seulement inadmissibles mais constituent une menace à la sécurité d’une élue qui s’est exprimée démocratiquement au sein du Conseil municipal.Nous nous réservons la possibilité d’entreprendre des poursuites à l’encontre de Monsieur Philippe Bouyssou pour mise en danger et diffamation d’un élu dans l’exercice de son mandat.

Collectif IVRY C’EST VOUS !

NOTES CET ARTICLE :

130 Votes
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Commentaire

Compostage urbain à Ivry

Fina, Chapitre III